Adopter l’innovation : Les conseillers financiers se préparent à une année 2024 axée sur la technologie

Les conseillers financiers se préparent à l’année 2024, déterminés à naviguer à travers les incertitudes économiques et à profiter des opportunités émergentes. Alors que la technologie continue de progresser, de nombreux leaders de la gestion de patrimoine sont de plus en plus ouverts à l’idée d’incorporer une intelligence artificielle générative dans leurs pratiques. Cependant, au milieu de cette grande innovation, des préoccupations concernant la cybersécurité, l’intelligence artificielle et les cryptomonnaies pèsent lourdement sur l’industrie.

Selon le rapport annuel de surveillance réglementaire de l’Association de réglementation de l’industrie financière (FINRA), la cybersécurité reste une priorité absolue. Omer Meisel, responsable du programme national de détection des causes nationales et des crimes financiers de la FINRA, met en garde contre le fait que le secteur financier est de plus en plus la cible de cyberattaques. Les incidents tels que les attaques de rançongiciels, les intrusions cybernétiques chez les fournisseurs critiques, les menaces internes et les faux sites web se sont multipliés en termes de variété, de fréquence et de sophistication.

Malgré ces préoccupations, Ornella Bergeron, vice-présidente principale de la supervision des membres de la FINRA, voit des perspectives prometteuses dans l’adoption de l’intelligence artificielle dans la gestion de patrimoine. Elle souligne l’importance de procéder avec prudence lors des tests des cas d’utilisation de l’IA et de l’évaluation de leur impact. Bergeron prévoit que l’IA sera un sujet récurrent à l’avenir, alors que les entreprises explorent prudemment son potentiel dans différents aspects de la gestion de patrimoine.

Rajat Deva, responsable marketing chez Savvy Wealth, insiste sur le rôle clé que jouera la technologie dans l’industrie financière cette année. Les conseillers ont déjà commencé à adopter des outils d’IA pour le marketing sortant automatisé et hyper-personnalisé afin d’attirer des clients potentiels. Deva souligne que la mise en œuvre de l’IA permet aux conseillers d’identifier plus efficacement les besoins uniques des prospects, leur permettant ainsi de passer plus de temps de qualité avec leurs clients tout en développant stratégiquement leurs pratiques.

En plus des avancées technologiques, l’année 2024 verra la mise en œuvre de nouvelles dispositions de la législation sur la retraite, Secure 2.0. Ces dispositions s’attaquent spécifiquement aux défis auxquels sont confrontées les personnes qui épargnent en vue de leur retraite, en particulier celles qui sont accablées par des prêts étudiants. En vertu de Secure 2.0, les employeurs peuvent désormais correspondre à un pourcentage des paiements des prêts étudiants de leurs employés et le diriger vers leurs régimes de retraite. Cette disposition vise à alléger le fardeau de la dette étudiante et à encourager les travailleurs à épargner et à construire un avenir financier plus sûr.

Alors que le chaos de 2023 s’estompe progressivement, les conseillers financiers et les entreprises reconnaissent la nécessité d’adopter des solutions innovantes et de se tenir informés des dernières tendances et réglementations. En exploitant de manière proactive la technologie et en s’adaptant à la nouvelle législation, les conseillers visent à naviguer les défis à venir tout en réussissant dans l’année 2024 et au-delà.

Section FAQ :

1. Quelles sont les principales préoccupations de l’industrie financière pour l’année 2024 ?
– Les principales préoccupations de l’industrie financière pour 2024 incluent la cybersécurité, l’intelligence artificielle (IA) et les cryptomonnaies.

2. Que met en évidence le rapport annuel de surveillance réglementaire de la FINRA ?
– Le rapport annuel de surveillance réglementaire de la FINRA met en évidence le fait que la cybersécurité reste une priorité absolue dans l’industrie financière en raison de l’augmentation des cyberattaques et des menaces.

3. Quels sont certains exemples de menaces cybernétiques mentionnées dans l’article ?
– Les exemples de menaces cybernétiques mentionnées dans l’article incluent les attaques de rançongiciels, les intrusions cybernétiques chez les fournisseurs critiques, les menaces internes et les faux sites web.

4. Comment Ornella Bergeron, vice-présidente principale de la supervision des membres de la FINRA, perçoit-elle l’adoption de l’IA ?
– Ornella Bergeron voit des perspectives prometteuses dans l’adoption de l’IA dans la gestion de patrimoine, mais conseille de procéder avec prudence et d’évaluer l’impact des cas d’utilisation de l’IA.

5. Comment les conseillers financiers utilisent-ils des outils d’IA pour le marketing ?
– Les conseillers financiers utilisent des outils d’IA pour un marketing sortant automatisé et hyper-personnalisé afin d’attirer plus efficacement des clients potentiels et d’identifier leurs besoins uniques.

6. Quelles dispositions seront mises en œuvre par la législation sur la retraite, Secure 2.0 ?
– En vertu de Secure 2.0, les employeurs peuvent désormais correspondre à un pourcentage des paiements des prêts étudiants de leurs employés et le diriger vers leurs régimes de retraite afin d’alléger le fardeau de la dette étudiante et d’encourager l’épargne pour la retraite.

Termes clés/jargon :
– Cybersécurité : Mesures prises pour protéger les systèmes informatiques et les réseaux contre les accès non autorisés ou les attaques.
– Intelligence Artificielle (IA) : La simulation des processus d’intelligence humaine par des machines, en particulier les systèmes informatiques.
– Cryptomonnaies : Monnaies numériques qui utilisent la cryptographie pour la sécurité et qui fonctionnent de manière indépendante des banques centrales.
– Rançongiciel : Logiciel malveillant qui chiffre les fichiers de la victime et demande une rançon pour leur libération.
– Intrusions cybernétiques : Accès non autorisé ou tentative d’accès à un système informatique ou à un réseau.
– Menaces internes : Menaces posées à la sécurité d’une organisation par des individus au sein de l’organisation qui ont accès à des données ou des systèmes sensibles.
– Faux sites web : Sites web conçus pour tromper les utilisateurs en imitant des sites légitimes afin de voler des informations personnelles ou de propager des logiciels malveillants.

Liens suggérés relatifs :
– Financial Industry Regulatory Authority (FINRA)
– Secure 2.0

Privacy policy
Contact